Rassemblement Des Républicains

ACTUALITES

 CELEBRATION DE L'AN 3 DE L'APPEL DE DAOUKRO
18 Sep
2017

CELEBRATION DE L'AN 3 DE L'APPEL DE DAOUKRO

    
Excellence M. le Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA et Président de la Conférence des présidents du RHDP, Mme Henriette Konan Bédié, M. Daniel Kablan Duncan, vice-président de la République, vice-président du PDCI et coordonnateur des vice-présidents, Mme la Grande Chancelière Henriette Dagri Diabaté, présidente du RDR, M. le Président du Conseil Économique et Social, mon cher aîné, cher ami, Charles Koffi Diby, M. le vice-président du PDCI RDA, ministre d'État, ancien Premier ministre Ahoussou Jeannot Kouadio, M. l’Inspecteur Général d'État, Ahoua N'Doli, M. le vice-président du PDCI RDA, Niamien N'Goran, président du comité d'organisation, Mme la ministre Kandia Camara, secré- taire générale du RDR, M. le secrétaire exécutif du PDCI RDA, cher aîné et devancier au MEECI, Maurice Kacou Guikahué, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les élus, Majestés rois et chefs traditionnels, Honorables et distingués invités, Mesdames et Messieurs. Je suis heureux d'être aujourd'hui à Daoukro à l'occasion de cette journée anniversaire. C'est un grand honneur pour moi d'avoir été choisi pour parrainer cette cérémonie célébrant le troisième anniversaire de l'appel de Daoukro. M. le Président Henri Konan Bédié, je vous remercie d'avoir permis ce choix et vous exprime toute ma gratitude. Je veux remercier tous les organisateurs et plus particulièrement, le ministre Niamien N'Goran, président du comité d'organisation et mon jeune frère Zié Coulibaly, pré- sident de la fondation Espoir PDCI, partenaire de l'organisation. M. le Président Bédié, Mesdames et Messieurs, L'appel de Daoukro a constitué un moment fort de la vie du RHDP qui nous a rassemblés et consolidés dans le processus et la dynamique de retrouvailles de la grande famille des Houphouétistes. Plus qu'un appel, l'appel de Daoukro est un pacte pour la paix et le développement. M. le Président Henri Konan Bédié, je voudrais vous exprimer l'hommage et la reconnaissance de tous les jeunes qui vous ont applaudi et qui ont applaudi cet appel historique. La Président Alassane Ouattara, votre jeune frère, et vous-mêmes, êtes aujourd'hui, les deux grandes colonnes qui portent la famille de Houphouétistes. Quand ça va chez vous, ça va très bien chez nous et le pays retrouve son éclat et son sourire. Le Président Houphouët-Boigny nous a légué une grande famille unie dans un pays de paix. Nous avons tous le devoir de léguer à minima, cet héritage aux générations futures. Nous vous faisons confiance, M. le Président Henri Konan Bédié. Nous faisons confiance au Président Alassane Ouattara. Ensemble, nous vous faisons confiance pour consolider davantage cette paix indispensable au rayonnement de la Côte d'Ivoire. Le RHDP nous a assemblés, nous nous sommes retrouvés. Le RHDP qui est apparu aux yeux de certains comme une simple alliance s'est révélé aujourd'hui un pacte d'amour. Mais bien au-delà, ce sont des familles qui se sont retrouvées. Des amis qui ne se fréquentaient pas se sont retrouvés et ont réappris à vivre ensemble. Quand le RHDP se porte bien, tout va bien en Côte d'Ivoire. Et ce principe n'est pas seulement une réalité ivoirienne. Quand on regarde à côté de chez nous, pas très loin, en France, le référent politique qui a la même dimension que le Président Houphouët en Côte d'Ivoire, c'est le général De Gaulle. Et quand vous regardez leur histoire, les enfants du Gaullisme ont à peu près une histoire qui est très proche de ce que les enfants d'Houphouët ont connue. Quand ils étaient ensemble, ils étaient au pouvoir et ils ont assuré le rayonnement de la France. Mais quand les enfants du Gaullisme se sont divisés en plusieurs courants, RPR, UDS et divers, droite, etc., ils ont perdu le pouvoir pendant quatorze ans. Et quand ils se sont remis ensemble dans le grand ensemble appelé les Républicains, ils ont repris le pouvoir. Et là encore, quand ils se sont érigés en centre droit et centre gauche et les Républicains, ils viennent encore de perdre le pouvoir. C'est exactement ce qui nous est arrivé en Côte d'Ivoire. Quand nous, les héritiers d'Houphouët, avons eu des difficultés, nous avons subi la période des refondateurs avec son lot de désolations. C'est pourquoi de cette tribune, je veux lancer un appel solennel aux cadres, à tous les cadres du PDCI, du RDR, du MFA, de l'UDPCI, tous les partis Houphouétistes, pour que nous soyons tous des acteurs de paix et de rapprochement. Que nous évitions d'être des va-ten guerre. Par des mots, des jeux de mots, des jeux de petites phrases, nous pouvons mettre en péril notre rassemblement, nos retrouvailles. Je veux dire à ceux-là (les va-t’en guerre, ndlr) qu’ils ne mesurent pas le péril qui nous guette, car les autres nous regardent. Ils n'attendent que la fissure pour encore replonger le pays dans le chaos. Nous devons tous éviter la posture du ‘’moi ou le déluge’’, ‘’moi ou rien’’, ‘’moi ou la guerre’’. Nous devons éviter toute cette politique de la terre brûlée. Notre rassemblement est au-dessus de toute ambition personnelle. Nous devons voir l'intérêt du pays et porter les ambitions au sein de notre grand ensemble, des ambitions collectives. Je suis d'avis avec tous ceux qui pensent que le débat est important au sein de notre famille politique. Que ces débats ne se fassent pas sur la place publique. M. le Président, nous vous faisons confiance. Nous avons confiance en vous. Nous les jeunes, nous comptons sur vous et votre jeune frère le Président Alassane Ouattara. Le jeune Zié a dit : ‘’Ordonnez, orientez, nous serons à vos côtés pour suivre la marche inter générationnelle des enfants d'Houphouët-Boigny’’. Je veux saluer votre parcours exceptionnel, votre parcours politique. Je dois dire que j'ai été marqué par votre calme et votre sérénité à toute épreuve. Vous êtes un grand politique qui a tout connu et tout vécu, mais toujours avec dignité, calme et sérénité. Et cela est également un enseignement pour que nous les jeunes, nous soyons calmes. Beaucoup l'ont appris. Dans une partie de ma jeunesse, j'ai été très bouillant. Mais aujourd'hui, je suis beaucoup plus calme parce que j'ai mûri. J'ai mûri et j'ai pesé la puissance des défis, la force des défis, la force des rassemblements, la difficulté de travailler avec l'ensemble. C'est plus facile par des invectives et des phrases d'occuper la place publique, les journaux, mais notre pays, notre défi, c'est pour nos enfants et nos petitsenfants. Je veux inviter tout un chacun à s'inspirer de votre vie et nous vous faisons confiance, vous et le Président Ouattara, à trouver les solutions qui vont déjouer tous les pronostics de ceux qui pensent que nous allons nous casser le visage, de tous ceux qui pensent que nous allons encore faire palabre. On n'a plus envie de faire palabre. On a envie de construire ce pays, on veut le développer, on veut réduire la pauvreté. Pour cela, il nous faut le facteur essentiel de paix et de stabilité qu'est le RHDP. M. le Président, je m'en voudrais de quitter ce pupitre sans saluer particulièrement votre épouse, Mme la Présidente Henriette Konan Bédié. La remercier pour sa générosité et son sourire permanent qui rassure. En tout cas, je suis venu avec Yolande, votre fille, pour vous dire Mme la Présidente que nous vous aimons beaucoup et vous nous rassurez. Je veux saluer le vice-président Duncan qui est très compétent et a une grande tempérance. Je voudrais également remercier Mme la Grande Chancelière, Henriette Dagri Diabaté, et lui réitérer tous nos vœux de succès en tant que présidente du RDR. Nous savons pouvoir compter sur son calme, son expé- rience, sa tempérance, sa modération pour conduire les discussions pour l'aboutissement d'accords qui consolident notre grande famille d'Houphoué- tistes. Je salue mon aîné Ahoussou Jeannot qui a été, quand nous étions jeunes, président de la jeunesse estudiantine et scolaire du PDCI, le mouvement qui a succédé au MEECI. Nous avons été formés par nos devanciers comme Maurice Kacou Guikahué. Nous avons pu bénéficier de leur soutien. Et à cette époque, vers les années 90, le Premier ministre Ahoussou Jeannot était le conseiller juridique de tous ceux qui avaient maille à partir avec la justice. Je veux saluer ma grande sœur, la « Péré nationale », Kandia Camara, et lui dire que nous sommes très fiers de ta désignation comme secrétaire général du RDR. M. le Président Bédié, il y a une semaine que le Rassemblement des Républicains a tenu son troisième congrès ordinaire. Et sept jours après, pour ceux qui savent lire les symboles et entre les lignes, nous célébrons le troisième anniversaire de l’appel de Daoukro. Mme Diabaté est là, Mme Kandia Camara est là. C’est un message puissant d'adhésion que vous apporte le Rassemblement des Républicains pour que nous puissions aller plus loin dans notre grand mouvement. M. le Président, avec votre permission, j'aimerais terminer mon propos par un hommage à quelqu'un qui nous a quittés. Paix à son âme. J'ai pensé au ministre Léon Konan Koffi. C'était un homme de convictions, ministre de l'Intérieur, ministre de la Défense reconnu. C'était un homme de compromis, de conciliations. Je l'ai vu œuvrer, aller et venir pour tenir les colonnes de notre rassemblement. Je veux rappeler le souvenir de cet homme afin que son exemple nous inspire tous, nous les jeunes qui avons la responsabilité de porter l'espérance de notre pays. C'est avec ces mots et avec son souvenir que je veux dire vive le RHDP pour une Côte d'Ivoire en paix et pour une Côte d'Ivoire prospère. Je vous remercie.


Je fais un don

je soutiens mon parti pour défendre nos valeurs ...

Faire un Don

Ma carte militant

j’adhère maintenant à la vie de mon parti ...

S'enregistrer

Action Bénévole

je m’engage pour des missions de bénévolat près de chez moi ...

S'engager

L'HISTOIRE DU RDR

L'histoire du RDR

Voir l'histoire